Approche tantrique non-duelle

Aujourd’hui, dans l’imaginaire collectif occidental, le Tantra fait principalement référence à la sexualité. En réalité, dans le Vijnana Bhairava Tantra, un texte sanscrit fondateur provenant du cachemire et datant du 8èm siècle de notre ère, il n’y a que 3 stances sur 112 qui concernent la sexualité. Le Tantra d’origine indo-tibétaine est donc bien plus vaste que cela.

C’est une pratique de l’éveil par la prise de conscience du ressenti: une voie de l’expérience, une voie directe, une voie non-duelle.

L’expérience de la non-dualité est l’expérience entre l’individu et l’absolu, une expérience de l’être, de joie pure, de tranquillité profonde. Quand on est dans la dualité, on se vit soi-même comme un sujet, à distance des objets: moi et le reste du monde, il y a séparation entre moi et le monde. Lorsqu’on expérimente la non-dualité, des moments de grâce, des instants d’éveil, la séparation disparaît et le monde est en soi. La plupart d’entre nous l’a déjà expérimenté:

Face à un beau paysage, on peut avoir la sensation de ne faire plus qu’un avec le paysage.
Face à la musique, on peut devenir pure écoute.
Dans l’amour et la sexualité, on peut se sentir pleinement en lien et devenir pure sensation.

Les limites du corps ne sont plus perceptibles, tout est unifié, sans séparation. Le monde devient sensoriel.

Cette approche tantrique non-duelle, qu’on nomme aussi voie directe, pointe vers notre vraie nature. Elle ne mène pas à la liberté mais permet de voir ce qui empêche la libération.

L’orientation non-duelle propose de voir l’étendue de nos résistances, de nos réactions corporelles. On l’appelle aussi voie négative car elle découle de l’élimination de ce que nous ne sommes pas.

C’est par le travail du corps, l’écoute du ressenti, que les préjugés sont remis en question et qu’on prend conscience de la réalité tel qu’elle est et non pas tel qu’on aimerait qu’elle soit.